MENU

Language

Show contents for

FARA : Impliquer les jeunes dans l’adoption des technologies à travers l’entrepreneuriat agricole

A l’issu d’un concours d’essai en ligne, 60 jeunes provenant des différents pays francophones et anglophones d’Afrique ont été sélectionné pour participer à l’atelier continental de mobilisation des jeunes : mobilisation des jeunes et renforcement de leurs capacités dans le domaine de l’entrepreneuriat agricole pour l’adoption des technologies, soit continental youth engagement workshop : strategic engagement and capacity development of youth in agri-preneurship for technology adoption [en anglais] du 02 au 04 mai 2019, au siège du FARA (Forum Africain pour la Recherche Agricole) à Accra, la capitale du Ghana.

Organisé par le Forum Africain pour la Recherche Agricole (FARA), le Young Professionals for Agriculture Development (YPARD), le Conseil Ouest et Centre Africain pour la recherche et le Développement Agricole (CORAF) ainsi que d’autres partenaires, cet atelier consistait à élaborer un ensemble de lignes directrices relatives à la mobilisation des jeunes dans l’entrepreneuriat agricole dans une perspective de mise à échelle des technologies pour la transformation de l’agriculture africaine (TAAT) en vue d’une productivité accrue ; et au renforcement de capacité des jeunes concernant la capitalisation des expériences.

Nourrir l’Afrique, un défi à relever

En prenant la parole pour le mot d’ouverture, le Dr. Irene Annor-Frempong, Directrice en charge de Recherche et Innovation du FARA, a fait comprendre aux jeunes que « nourrir l’Afrique est un grand défi à relever ensemble ». Les jeunes étant débordés d’initiatives et d’innovation dans le secteur agricole, ont un rôle prépondérant à jouer dans le cadre de la stratégie de la Banque Africaine de Développement (BAD) « nourrir l’Afrique » à travers son programme (TAAT) vise à amliorer le secteur agricole en Afrique. Elle a appelé les jeunes à plus d’implication, de créativité et d’imagination pour faire de l’atelier sur la mobilisation des jeunes un moment de partage et d’apprentissage.

La capitalisation, un processus de documentation des expériences

Alioune Mbow _ FARA Continental Youth Workshop #AgriYouthEngagement

Selon la FAO, les pertes post-récolte représentent 37% de la production agricole en Afrique. Ce qui est un manque à gagner considérable. Hors, une expérience ou technologie du Burkina-Faso sur le séchage des mangues, capitalisée, documentée et diffusée par exemple, peut permettre à d’autres pays de réduire leurs pertes post-récoltes dans la filière mangue, ainsi, assurer la productivité agricole. C’est dans ce sens, sur base des essais des expériences des jeunes présents à l’atelier, une session de renforcement de capacité sur la capitalisation des expériences a été organisé durant les trois jours de travail.

Selon Alioune Mbow facilitateur de la session, la capitalisation est un processus qui consiste à identifier, à analyser et à documenter une expérience en vue de le diffuser. L’introduction à la capitalisation des expériences a permis aux jeunes de recadrer leurs essais comme l’explique un participant : « Avant, je me concentrais sur les aspects de succes story de mon essai, mais grâce à la notion de recadrage apprise au cours de cette session, je peux maintenant faire la différence entre un succes story et une expérience capitalisable ».

Au cours la session de renforcement de capacité des jeunes en capitalisation des expériences, Krishan Beenick coordonnateur du TAAT-CDTO, a réitéré son appel de voir les jeunes de devenir des champions de la capitalisation des expériences.

Identification des opportunités dans les chaines de valeur agricole

Dans le cadre du programme TAAT, plusieurs commodités ou compacts allant des chaînes de valeur (manioc, haricot, le blé, sorgho, patate douce, riz, pisciculture,… ), de la protection des cultures, de la fertilité du sol, au renforcement des capacités. Eu égard, pendant les travaux des groupes, les jeunes ont été invité à identifier les initiatives de mobilisation des jeunes au niveau de leurs pays en fonction des commodités de TAAT; de détecter les opportunités entrepreneuriales tout au long des chaînes de valeur en tant qu’un individu, une entreprise ou un réseau. A l’issu ces travaux en groupes, plusieurs initiatives et opportunités entrepreneuriales ont été identifiées par les jeunes pour l’adoption des technologies.

Que retenu ?

D’ici 2050, le monde comptera 9,7 milliards des personnes à nourrir dont 1,3 milliards en Afrique. Selon le Population Reference Bureau (PRB), l’Afrique possède un potentiel énorme en termes de dividende démographique, car la majorité de la population est jeune. La transformation de ce dividende démographique en des économiques fortes au sein des pays africains, surtout en ce qui concerne le secteur agricole, passera par l’adoption des technologies adaptées par les jeunes et pour les jeunes tout au long des chaînes de valeur en vue de dégager des opportunités qui permettront de transformer l’agriculture africaine. C’est dans ce sens que le FARA mène le combat grâce à la BAD via le programme TAAT en impliquant plus des jeunes à travers YPARD en vue d’adopter les technologies qui transformeront l’agriculture en Afrique.

Eden Mvuenga _ FARA Continental Youth Workshop #AgriyouthEngagement