MENU

Language

Show contents for

De l'eau, de l'agroécologie et de la jeunesse

L'eau est une ressource très demandée, utilisée dans l'agriculture et l'élevage, le lavage des aliments, les industries manufacturières et de production, le nettoyage des structures, l'hygiène personnelle, etc. 

L'eau est une ressource cruciale pour toutes les activités humaines. Même si l'on ne saurait trop insister sur l'importance de l'eau, celle-ci a été constamment polluée et la qualité d'une ressource aussi précieuse s'est progressivement dégradée.

Le secteur industriel et agricole, dans de nombreux cas, utilise les masses d'eau comme un espace pour le rejet des déchets de leurs activités. Ces déchets inoculent en permanence d'énormes quantités de particules chimiques à forte charge de matières polluantes, telles que les nitrates, les phosphates et les pesticides. Selon le rapport : Water pollution from agriculture: a global review (FAO and IWMI 2017), l'agriculture, avec l'élevage, représente l'un des plus grands secteurs utilisant les ressources en eau. Les deux tiers de l'eau utilisée par l'homme le sont à des fins agricoles.

Les eaux usées ou résiduaires représentent un problème environnemental majeur. Elles contaminent irrationnellement les écosystèmes, affectent de manière drastique la biodiversité (faune et flore) et n'excluent pas l'homme. Les conséquences de politiques et les méthodes d'exploration néfastes, les   gouvernances inadéquates, sont souvent les principales sources au déclin de la valeur d’une telle ressource. Il s'agit d'un défi complexe et multidimensionnel.

Selon les Nations unies, plus de 80 % des eaux usées de la planète réintègrent l'environnement sans être traitées. Dans certains pays les moins avancés, ce chiffre dépasse 95 %. Aux États-Unis, par exemple, les activités agricoles et l'élevage sont considérés comme la principale source de contamination des rivières, des ruisseaux, des zones humides, des lacs et des eaux souterraines.

Cette contamination se produit lorsque les particules d'engrais, de pesticides et de déchets animaux lavés provenant des exploitations agricoles et de l'élevage pénètrent dans nos cours d'eau et libèrent certaines bactéries et certains agents pathogènes. Ainsi, ces composants, restant intacts avec la molécule d'eau, créent des algues en fleurs, une soupe toxique bleu-vert qui s'étend à la surface de l'eau, créant le "phénomène d'eutrophisation", un terme utilisé pour décrire la pollution de l'eau causée par un excès de nutriments.

La pollution de l'eau peut provoquer de nombreuses perturbations qui, à long terme, affecteront la santé humaine, la croissance économique, les services sociaux avec leurs coûts respectifs, et l'écosystème.  Étant un défi d'envergure mondiale, la pollution de l'eau mérite une attention urgente de la part de tous les acteurs sociaux.

Rien de tout cela ne sera facile. Cependant, il existe beaucoup d’alternative pour en mettre en place des initiatives décisifs pour aborder une telle situation. Pour ne citer que quelques options :

  • Mener des campagnes mondiales de sensibilisation de la population (jeunes, familles rurales et urbaines), des gouvernements et du secteur privé ; 
  • Influencer les politiques de production dans le secteur agricole (réduire ou éradiquer l'utilisation d'engrais synthétiques ou chimiques, établir des systèmes de biofiltre dans les décharges)
  • Fournir des approches et des méthodes plus agro-écologiques (10 éléments de l'agroécologie comme références)
  • Installer des systèmes de traitement des eaux usées dans les industries de production, les maisons et les égouts, entre autres. 
  • Tenant en compte la tendance des jeunes, (Intégrité des jeunes) dans les politiques de décision ; là où il existe un environnement favorable à l'égard des jeunes, ils seront en mesure de percevoir les compétences adéquates, les   actions tangibles afin d'atténuer les causes et les conséquences d’une telle situation. 
  • Mettre l'accent sur l'adoption de telles mesures, car elles sont essentielles pour un écosystème sain et la protection de nos ressources.

 

Photo credit: Wendel Georges