MENU

Language

Show contents for

Débat YPARD Café: La production d’oignon, une chaine d’opportunité

YPARD Burkina Faso en partenariat avec l’Agence pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise / Agriculture et Artisanat (APME2A), a tenu une conférence publique dénommé débat YPARD Café numéro 1, au profit des jeunes à Ouagadougou. Le thème de la conférence a porté sur : la chaine de valeur oignon, quelles opportunités pour les jeunes. C’était le 19 août à Ouagadougou.

Dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’action, YPARD BURKINA FASO a organisé un débat café le 19 Août au profit des jeunes sur le thème : « la chaine de valeur oignon : quelles opportunités pour les jeunes au Burkina Faso ». L’objectif général de ce débat était de faire un état des lieux de la filière oignon au Burkina Faso. De manière spécifique, l’activité visait (i) à mieux outiller les jeunes sur la filière oignon, (ii) susciter la pratique de la culture de l’oignon auprès des jeunes agriculteurs et, (iii) faire naitre des ambitions au niveau des jeunes pour la conservation, la transformation et la commercialisation de l’oignon. Ce débat café s’est fait en partenariat avec l’Agence pour la promotion de la Petite et Moyenne Entreprise / Agriculture et Artisanat (APME2A). Cette structure est en charge de la promotion des produits agricoles en général au Burkina Faso.

Le débat café a été modéré par le directeur exécutif APME2A, Dr BATIONO Frédéric. Il a d’abord fait une communication sur la filière oignon, les techniques de productions et de conservation, les possibilités de débouchés, et les contraintes de la filière. Dans sa présentation, il ressort que le Burkina Faso est le 2e pays exportateur d’oignon après le Niger, dans la sous-région Ouest Africaine. L’oignon est produit dans toutes les zones du Burkina Faso, avec la région du Nord en tête. Mais malheur, est de constater que le secteur de la production de l’oignon se porte mal : des problèmes au niveau de la production, de la saisonnalité, de la conservation, de la transformation, de la satisfaction de la demande et de la commercialisation.

Face à ces défis, des recommandations ont été faites

Ces contraintes de la filière énoncées par Dr Bationo, ont fait l’objet des échanges entre les participants. Elles constituent des opportunités pour les jeunes à travers la recherche de solution pour une meilleure production avec une irrigation assistée, une conservation plus longue et une utilisation des TIC pour la commercialisation de l’oignon. A l’issue des échanges, les participants ont jugé bon de formuler des recommandations à l’endroit des différents acteurs de la filière qui sont :

  • A l’intention de l’Etat Burkinabè, les participants ont déploré le manque de financements appropriés à l’agriculture. Il recommande pour cela que l’Etat burkinabè revoit (i) à la hausse les financements existants, (ii) la mise en place d’une banque agricole et (iii) des mécanismes facilitant le financement de l’agriculture par les banques privées.
  • Pour les jeunes agriculteurs, les participants ont remarqué la faiblesse de la participation des jeunes dans la production de l’oignon. Ils recommandent pour la cela (i) une promotion accrue de la filière au profit des jeunes, (ii) l’implication des jeunes dans la recherche de solutions innovatrices pour une meilleure conservation de l’oignon, principale contrainte de la filière et, (iii) l’utilisation des TIC par les jeunes producteurs de l’oignon pour une meilleure commercialisation de l’oignon.
  • Pour YPARD Burkina Faso, les participants recommandent une utilisation de la plateforme YPARD pour la promotion de la filière oignon notamment les opportunités qui existent à travers la recherche de solution aux contraintes actuelles de la filière et, la mise en contact des différents acteurs de la filière.

Photo credit: Safietou Ouedraogo